Les Actualités

Collège Posté le : 23 mars 2018

MY FAIR LADY

Jeudi 22 mars, nous sommes allés à une comédie musicale qui s'appelle My Fair Lady. J'ai trouvé cette comédie musicale, bien, même si au début je n'aimais pas trop. Au fur et à mesure de l'histoire il y a des personnages qu'on aime ou pas. Moi, par exemple, je n'aimais pas Higgins, le professeur. J'aurais voulu que l'héroïne tombe amoureuse de Freddy. Ce spectacle m'a beaucoup plu, les éclairages étaient très beaux, les costumes magnifiques, le décor fabuleux et les chorégraphies "super" surtout celle avec les balais.

Blanche 6A

La comédie musicale My Fair Lady est magnifique, il y avait plein de couleurs. Les comédiens chantaient et dansaient. C'était beau à regarder, il y avait des moments drôles et d'autres moins joyeux. La comédienne qui jouait le personnage principal, du nom d'Eliza, était magnifique et élégante. Aux moments drôles, tout le monde riait, même l'orchestre. Cette sortie scolaire était tellement géniale que je n'ai pas vu le temps passé.

Sarah 5B

Jeudi 22 mars, une partie des élèves et des professeurs du collège ont assisté à la répétition générale de la comédie musicale My Fair Lady. Plusieurs établissements scolaires étaient présents. Eliza est une pauvre vendeuse de fleurs dans une rue de Londres. Elle a un très fort accent. Elle rencontre, un jour, un professeur M Higgins qui fait un pari : faire d'Eliza une duchesse. Mais celle-ci a mauvais caractère. Cette comédie est drôle, romantique et surprenante. Les chants sont variés et plein de vie. Les décors sont simples mais très bien faits. J'ai beaucoup aimé My Fair Lady.

Raphaël 5B

"Cette année, La Fabrique Opéra Val de Loire a décidé d'emmener les spectateurs dans un univers coloré, fait de rires et de danses.

Outre sa musique d’une fraîcheur absolue et son orchestration légère et pétillante, My Fair Lady est l’occasion de se questionner sur qui nous sommes, qui nous voulons être… Ce spectacle musical six fois primé raconte l’histoire d’une jeune fille de la rue, Eliza, vendant des violettes au marché de Covent Garden. C’est ici qu’a lieu le choc. Avec Freddy, avec un autre monde, celui de l’aristocratie, celui des autres, l’inaccessible… Comment Eliza va-t-elle subir cette rencontre avec l’inconnu ? Elle sera aidée (l’est-elle réellement ?) par un professeur : Mr Higgins… Un mentor, son Pygmalion ! Au travers de la phonétique, sa spécialité, il lui donnera les codes, afin qu’elle appréhende cet univers effrayant, qu’elle se l’approprie, qu’elle le fasse sien.

N’est-ce pas aussi le but de La Fabrique Opéra ? De provoquer un choc, de donner les codes et ainsi de permettre aux 550 jeunes apprenti·es et étudiant·es qui travaillent à l’élaboration de la production d’apprivoiser cet art qui leur paraît inabordable ? Il n’y aurait donc qu’un pas à faire pour que l’on puisse imaginer que My Fair Lady soit une ode au dépassement de soi, à l’acceptation de l’autre ainsi qu’à l’apprentissage et à la formation professionnelle, et qu’il a été sûrement écrit il y a 60 ans pour nous !"

Clément Joubert – Directeur artistique

http://www.lafabriqueopera-valdeloire.com/my-fair-lady/